Harcèlement moral au travail

Le harcèlement moral naît de façon anodine et se propage insidieusement.
Dans un premier temps, les personnes concernées ne veulent pas se formaliser et prennent à la légère piques et brimades. Mais ces attaques se multiplient et la victime est régulièrement acculée, mise en état d’infériorité, soumise à des manœuvres hostiles et dégradantes pendant une longue période. De toutes ces agressions, on ne meurt pas directement, mais on perd une partie de soi-même. On revient chaque soir usé, humilié, abîmé. Il est difficile de s’en remettre.
Dans un groupe, il est normal que les conflits se manifestent. Une remarque blessante dans un moment d’énervement ou de mauvaise humeur n’est pas significative, à plus forte raison si elle est suivie d’excuses. C’est la répétition des vexations, des humiliations, sans aucun effort pour les nuancer, qui constitue le phénomène destructeur.

Le harcèlement moral fait l’objet d’une acceptation légale qui qualifie de harcèlement  » les agissements répétés qui ont pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail susceptibles de porter atteinte au droit du salarié et à sa dignité, d’altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel » : article L 1152-1 du Code du Travail

  • Il désigne habituellement toutes les formes de relations et de pressions réitérées dans les lignes verticales et horizontales pour obtenir de l’autre sa soumission.
  • Il est parfois une stratégie consciente, une pratique managériale, une méthode de gouvernement de certaines entreprises.
  • ou peut-être une stratégie inconsciente, une déviance ou une pathologie de la relation qui signe l’impuissance face à une situation dégradée ou d’échec dont les causes ne peuvent plus être pensées et mises en discussion.
  • Il peut également résulter d’une conception spécifique de l’homme au travail qui considère que l’homme est récalcitrant au travail et à l’effort, laxiste et défaillant et ne donne le meilleur de lui-même que contraint et forcé.

Ce qui fait sa particularité, c’est que le harcèlement moral au travail n’est pas secret mais se déploie en public, au vu et au su de tous : il s’exerce contre une victime, sous le regard des autres qui savent, qui voient et qui se taisent. Le harcèlement n’est ni nouveau ni récent. Il a été pratiqué de tout temps dans le monde du travail. Ce qui, par contre, est nouveau c’est la disparition de la solidarité entre les personnes. Si le harcèlement fait de tels dégâts psychopathologiques aujourd’hui, c’est parce que cette pathologie est avant tout une pathologie de la solitude.

D’après Christophe DEJOURS, dans sa préface de son ouvrage « Travail, usure mentale », « si le harcèlement conduit aujourd’hui plus souvent que naguère à des troubles psychopathologiques graves chez les victimes, ce n’est vraisemblablement pas parce que la technique du harcèlement se serait perfectionnée (…). Ce qui a changé, semble-t-il, c’est plutôt la passivité et l’absence de solidarité de la part des collègues de la victime du harcèlement, et la profonde transformation du sens de la justice dans le monde du travail. »
La conséquence du harcèlement moral ou psychologique est avant tout une pathologie de la solitude, de l’isolement, qui renforce la souffrance.

Le harcèlement moral peut se manifester sous différentes formes, notamment :

  • critiques incessantes, sarcasmes répétésintervenir
  • brimades, humiliations
  • propos calomnieux, insultes, menaces
  • «mise au placard», conditions de travail dégradantes
  • refus de toute communication
  • absence de consignes ou consignes contradictoires
  • privation de travail ou charge excessive abusive
  • tâches dépourvues de sens ou sans rapport avec les fonctions.

Attention, trois conditions sont nécessaires pour caractériser le harcèlement moral :

  • le processus : la répétition d’agissements hostiles, qui peuvent être de plusieurs natures, la récurrence de mauvais traitements ;
  • la dimension persécutive avec des agissements répétés, intentionnels ou non, et centrés sur la(les) même(s) personne(s)
  • les effets : la dégradation des conditions de travail, la destruction de la personne, l’atteinte à ses droits et à sa dignité, la dégradation de sa santé, la compromission de son avenir professionnel. Ces effets peuvent être cumulatifs ou non.

Voir le dossier du ministère du travail, de la solidarité et de la fonction publique : le harcèlement moral

Aibus-870x320

Human & sens
à votre écoute

Vous vous posez des questions sur les risques psychosociaux ? Vous-même ou votre organisation êtes confronté à des situations délicates ?

Contactez-nous pour solliciter un entretien.

Demander un entretien

imgtest_01

Vous vous sentez fatigué, épuisé, découragé, malmené et vous avez besoin de conseils ? Un clinicien spécialisé pourra vous aider.

imgtest_02

Voir +