La santé au travail : condition de performance des entreprises

La santé au travail est enfin considérée comme condition de performance des entreprises.

C’est ce qui ressort de la réunion du comité permanent du Conseil d’Orientation sur les Conditions de Travail (COCT) qui s’est tenue le 27 janvier 2015 entre l’Etat et les partenaires sociaux et qui a permis de valider les orientations du troisième Plan Santé au Travail pour la période de 2015 à 2019.

Ces orientations sont l’expression d’une ambition partagée entre l’Etat et les partenaires sociaux qui affirment une approche positive du travail et la santé comme condition de performance des entreprises.

Voici les 7 actions prioritaires :

  • Faire de la prévention des risques une priorité, en rupture avec une approche qui fait prévaloir la réparation
  • Développer l’accompagnement des travailleurs et des entreprises dans la prévention de la rupture des parcours professionnels en lien avec l’état de santé et favoriser leur maintien en emploi
  • Accompagner les entreprises dans leur démarche « Qualité de vie au travail »
  • Simplifier le droit pour renforcer l’efficacité et l’effectivité des règles pour une plus grande protection des salariés, notamment dans les PME/TPE
  • Prioriser certains risques pour renouveler la prévention d’accidents et de l’usure professionnelle.
  • Rassembler et mettre en perspective les données de santé au travail pour aboutir à un système d’informations plus lisibles, partagées entre tous les acteurs, et davantage mises au service de l’action en matière de prévention
  • Améliorer la complémentarité opérationnelle des acteurs de la santé au travail pour renforcer l’efficacité de l’action publique et privée dans le domaine de la santé au travail.

L’idée que la santé au travail, et plus largement la qualité de vie au travail, soit perçue comme un élément indispensable à la performance des entreprises fait son chemin, petit à petit et c’est tant mieux ! En effet, la performance et la compétitivité des entreprises ne peuvent se maintenir et se développer sans des conditions de travail favorables. Les employeurs ont tout à y gagner. Les salariés également.

C’est sur cet argument qu’a été construit l’accord national interprofessionnel sur la qualité de vie au travail (ANI). Selon l’ANI :

  • « La performance d’une entreprise repose à la fois sur des relations collectives constructives et sur une réelle attention portée aux salariés en tant que personnes.
  • La compétitivité des entreprises passent notamment par leur capacité à investir et à placer leur confiance dans l’intelligence individuelle et collective pour une efficacité et une qualité du travail.
  • Elle dépend aussi de leur aptitude à conjuguer performances individuelles et collectives dans le cadre du dialogue social ».

 

Livre

Pour en savoir plus sur ce COCT, rendez-vous ici

­